Neiges éternelles

Les neiges éternelles ne représentent finalement qu’un réservoir d’eau solide perché en altitude un peu comme les glaciers [1] mais sans descendre dans les vallées ou alors ponctuellement sous forme d’avalanche. L’étage nival, c’est-à-dire l’altitude où l’on trouve ces neiges, dépend également de la latitude et de l’orientation des flancs de la montagne. Les anciens préférés le terme neiges persistantes à neiges éternelles car cette neige se renouvelle malgré tout sous forme de précipitations participant au cycle général de l’eau [2].

Déjà Humboldt [3] en 1654 avait une estimation remarquable des altitudes des « neiges perpétuelles » en fonction des continents (Image à la Une, archive BNF).

En comparant les valeurs actuelles avec celles du XIXe siècle on s’aperçoit que l’étage nival est sensiblement le même (altitude minimum):

  • En Amérique, dans les Andes à l’équateur (0°), 4820 m* pour 4800-5000 m de nos jours,
  • En Europe dans les Alpes (45°N), 2700 m** pour 2700-2900 m de nos jours,
  • En Asie sur l’Himalaya (30°N), «  le troisième pôle » [4], 4940-5670 m* pour 4800-6000 m de nos jours,
  • En Terre de Feu [5] (54°S), 1100 m* pour 800-1300 m de nos jours,
  • kilimanjaroLe cas du Kilimandjaro (sommet à 5895 m) en Afrique centrale (3°S) est particulier, il a été mis en évidence que c’est la végétation au pied de ce volcan qui a disparu et fait reculer le cycle des précipitations de ces neiges de 5000 m* à  5500-5600 m de nos jours.

* d’après A E. Brehm dans « La terre » 1892

** d’après J.H. Fabre dans « Physique » 1878

 

[1] Marche et recul des glaciers

[2] Le cycle de l’eau

[3] Alexandre de Humboldt

[4] Himalaya : troisième pôle

[5] Terre de Feu

Les eaux sacrées

Partout dans le monde l’eau peut être reliée à un acte religieux, celui de se purifier, de se laver des péchés:

  • Au Japon, l’initiation des prêtres shintoïstes se fait avec le rituel du bain.
  • En Inde, la purification dans le Gange est une pratique de l’hindouisme « Portant le Gange sur sa tête, il prit possession de tous les moyens de libération du monde » Karapâtrî Shiva-tatva Siddhânta. Le Gange ( de la déesse des eaux Ganga) prend sa source dans le plus haut château d’eau du monde, l’Himalaya [1].Japon eau sacrée.jpg
  • En Indonésie, à Bali, la religion de l’eau « Agama Tirta » est capable de tout purifier.
  • Les ablutions dans l’Islam sont obligatoires avant la prière.
  • Le bain rituel du judaisme est le Mikvé.
  • Chez les chrétiens l’eau est une renaissance avec le baptême et l’épisode du Déluge a la fois destructeur et purificateur. « C’est de l’eau et de la terre qu’est façonné le premier homme » d’après l’Ancien testament, à l’instar du mythe de Prométhée [2]. L’eau est bénite à l’entrée des églises jusqu’à l’eau de Lourdes qui permettrait de guérir.
  • Les étangs sacrées sont présent dans la plupart des temples égyptiens de la vallée du Nil, fleuve sacrée par excellence.

Les crues du Nil ont également permis l’essor d’une discipline comme on peut le voir dans une explication iconologique de la géographie selon Jean-Baptiste Boudard [3]« C’est la description du Globe terrestre en générale, ou seulement par partie. On en représente l’allégorie sous la figure d’une belle femme vêtue à l’Egyptienne, pour faire connaître que cette science a été trouvée par le secours de la Géométrie, dont l’origine vient des Egyptiens, qui s’en servaient pour retrouver les limites de leurs terres après les inondations du Nil. Elle mesure avec un compas sur un Globe,  et tient un quart de cercle, instrument mathématique nécessaire à ses opérations. »

geographie
La géographie selon Jean-Baptiste Boudard ( Iconologie, archive BNF)

[1] Himalaya : troisième pôle

[2] Prométhée et la connaissance

[3] Iconologie : le monde des quatre éléments

Marche et recul des glaciers

«Les glaciers sont des masses de glace encaissées dans les vallées alpines ou suspendues aux flancs des montagnes » Etude sur les glaciers Louis Agazzis (1840), géologue suisse précurseur dans ce domaine avec son collègue Hugi. Ce dernier construisit sur le glacier de la rivière Aar une hutte de pierre; il la retrouva en 1830 à 100 mètres plus bas. Agassiz constata qu’elle était à 1428 mètres plus bas en 1840 : «Maintenant elle est éloignée de 4600 pieds; elle a été entraînée à cette distance par le mouvement continuel du glacier dans le sens de sa pente.»

Agassiz planche 14.jpg

C’est ainsi que le phénomène de la «marche des glaciers » avec sa vitesse d’écoulement a commencé à être expérimentée.

Dans les Alpes, il en est plusieurs très caractéristiques, par exemple celui d’Aletsch en Suisse (image de Une) et la célèbre mer de glace du Mont Blanc, vue de Montenvers à la fin XIXe siècle, estimée à 12 km de long, ce glacier est mesuré de nos jours en ce début de XXIe siècle à 7 km !

mer de glace France.jpg

En 1888, dans la revue « La Nature » on pouvait lire ceci: « La variation en allongement des glaciers a continué à se produire d’une manière très sensible dans les Alpes occidentales. En 1885, 37 glaciers étaient en état de croissance ; aux 34 glaciers connus l’année précédente. »

Les glaciers constituent une réserve d’eau douce tel un château d’eau, leur fonte signifie donc moins d’apport en eau douce. Les grands glaciers se trouvent répartis sur l’ensemble du globe dans les Andes, dans l’Himalaya, dans les Alpes, en Islande (avec ses éruptions sous-glaciaires) , au Groenland, en Alaska et en Antarctique bien sûr.

La diminution des glaciers est une des conséquences avérées du réchauffement climatique avec l’acidification des océans, (voir https://eauterrefeuair.wordpress.com/2016/02/11/recifs-coralliens).

Himalaya : Troisième pôle

Le toit du monde , le plateau tibétain, perché à une altitude moyenne de 4000 m,  constitue, après l’arctique et l’antarctique, le troisième pôle de la planète avec plus de 46000 glaciers. Ce château d’eau de l’Asie compte une énorme réserve d’eau douce où 6 fleuves y prennent leur source pour fournir 1,3 milliards de personnes.

« L’eau passe mais la rive reste. » proverbe tibétain

Mais c’est aussi un rempart pour l’air pollué poussé contre la chaîne de l’Himalaya née de rencontre entre deux continents. La station météorologique installé depuis quelques années a révélé que « l’air de l’Himalaya est aussi pollué que celui des villes d’Europe. »

Après le choc des continents (du point de vue de la tectonique, la plaque indienne est venu s’encastrer dans la plaque eurasiatique),  c’est le choc de l’air contre la chaîne de l’Himalaya qui fait l’actualité sur le toit du monde (Image à la Une – crédit Nasa – janvier 2016) sans compter les amas de détritus qui se sont accumulés au cours des expéditions sur les plus hauts sommet de cette région à commencer par l’Everest (8848 m).

« Pour que la brûlure cesse, il faut retirer la main du feu. » proverbe tibétain

 

monts Himalaya
Gravure du XIXe siècle des monts Himalaya

7 phénomènes du monde « Terre »

 » Nous n’habitons plus la même planète que nos aïeux: la leur était immense, la nôtre est petite. » Bertrand de Jouvenel

1 – Le plateau tibétain est le plus haut (altitude moyenne 4500 m) avec le plus haut sommet l’Everest (8850 m) et la plus haute chaîne montagneuse , l’Himalaya. A cet endroit la plaque indienne poinçonne la plaque eurasienne et le massif s’élève environ de 5 cm par an.

2- La plus longue chaîne de montages du monde émergé avec ses 8900 m est la cordillère des Andes où se situe le lac Titicaca , le plus élevé du monde.

3- Le plus grand désert du monde est le Sahara avec une superficie de plus de 9 millions de km2 soit 14 fois la France.

4- Si la plus grande île du monde est le Groenland avec plus de 2 millions de km2 et 1,5 km d’épaisseur de glace en moyenne, la plus grande île de sable est en Australie c’est l’île Fraser avec 171 km2.

5- Le plus grand cratère volcanique du monde ou ce qu’il en reste, se situe à Sumatra, c’est le lac Toba avec 100 km de long sur 30 km de large.

6- Krubera-Voronja est la grotte la plus profonde à ce jour, dans le Caucase occidental, elle possède un dénivelé de 2197m et plus de 16 km de galeries souterraines connues.

7 – Le tremblement de terre le plus puissant jamais enregistré (magnitude 9,5) a eu lieu le 22 mai 1960 à 160 km au large du Chili.

sourire_Himalaya

La Terre à forme humaine

 » La terre seule demeure l’immortelle, la mère d’où nous sortons et où nous retournons ». Emile Zola

En fait d’anthropomorphisme, c’est-à-dire la façon dont on compare la Terre, dite mère nourricière (« Mother earth » ou Pacamama pour nombre de peuples autochtones), et son environnement à des parties du corps humain, on peut citer:

  • Le Terre elle-même assimilée à un organisme vivant comme dans l’hypothèse Gaia de James Lovelock  » La terre est un être vivant »,
  • Les eaux salée et douce qui se retrouvent en même proportion dans le notre corps,
  • Les deux poumons que sont les forêts et l’océan,
  • Le feu  des volcans semblable à des éternuements ou le réchauffement climatique à une fièvre.

Et combien de fois la terre se retrouve sur des montages à la place d’une tête. Il faut dire que l’œil de Richat (reste d’un volcan en Mauritanie) et le « sourire » de l’Himalaya vu du ciel y sont peut être pour quelque chose.

sourire_Himalaya