Le paléolithique ou l’âge de la pierre ancienne au sens propre a été divisé, en Europe, en trois périodes (inférieur, moyen et supérieur) et s’étale sur une période très longue depuis l’apparition supposé des Homo-Habilis, il y a environ 2,9 millions d’années en Afrique de l’est à -11 000 ans avec la fin du nomadisme et le passage de la pierre taillée à la pierre polie [1]. Le paléolithique est contemporain du Mammouth et du Mastodonte et correspond au pléistocène, caractéristiques des dernières glaciations avant notre époque actuelle l’Holocène.

molaires-de-mammouth
Molaires de mammouth

Le travail de la pierre et du silex en particulier débute au paléolithique inférieur. Le choc entre une pierre dur (généralement un galet)tenu à la main faisant office de marteau), le percuteur, et une pierre à tailler, le nucléus, produit d’une part des éclats aux bords tranchants et d’autre part un « chopper « ou « chopping-tools ». Ce sont les premières pierres taillées remontant à environ 800 000 ans. A partir du moment où la taille se fait des deux côtés et se termine en pointe on obtient un pierre entièrement taillée que l’on appelle le biface. Les biface apparaissent en Europe il y a environ 600 000 ans.

 

A partir de 300 000 ans, même si le biface continue d’être taillé c’est l’ apparition du débitage « Levallois » plus sophistiqué avec plusieurs éclats fabriqués à partir de la même surface de débitage en suivant des plans de frappe (relatif à des outils trouvés dans sur les bords de Seine à hauteur de Levallois-Perret) qui marque le début du paléolithique moyen.

Yves Coppens dans « Le présent du passé » considèrent que vers 100 000 ans :  » Les outillages se mettent à évoluer très vite et bien plus vite que n’évoluent le hommes. »

Le paléolithique supérieure marque la fin des Néandertaliens, et l’installation d’une industrie des « paléopierres » de l’Homo-Sapiens il y a 45 000 ans environ. C’est l’émergence d’une certaine expression artistique (image à la Une : renne gravé) sur les objets taillés en pierre (gravée ou sculptée) et de la peinture (sur pierre). Les échanges de silex notamment, dont le travail est parfaitement maîtrisé et standardisé, se font sur des distances de plus en plus grandes. C’est également l’apparition du débitage de lames, de grattoirs, burins ou autres perçoirs et pointes de flèches qui va marquer la période intermédiaire, le mésolithique, entre le paléolithique et le néolithique.

Publicités