Le « 7e  continent »

Chaque jour plus de 13 milliards de sacs plastiques sont distribués et 2,4 millions de tonnes de plastiques aboutissement dans les océans [1], cette fine couche d’eau à l’échelle de la planète déjà fragilisé par une acidification [2].

Une expédition du voilier océanographique Tara (Image à la Une Tara à quai près du pont Alexandre III à Paris pendant la COP21 fin 2015) a été consacré à récolter et détecter ces déchets plastiques en mer. Même si l’appellation de la campagne de recherche a été baptisé « 7e continent », c’est en fait plusieurs zones de déchets plastiques qui s’accumulent dans les principaux tourbillons des océans, les gyres, c’est-à-dire dans le Pacifique nord et sud, dans l’Atlantique nord et sud et dans l’Océan indien. Ces gyres sont de véritables décharges flottantes qui échappent à tout contrôle, donc plus q’un continent, il s’agit d’îles flottantes en plastique. « On est en train de plastifier les océans » déclare un membre de l’équipe  « 7e continent ».

gyres

Cette pollution des océans par des matières plastiques qui se fragmentent en petits éléments (de l’ordre du micromètre pour les plus petits récupérés) sont toxiques pour les organismes marins qui les ingèrent. Au final, ils reviennent dans nos assiettes en se retrouvant dans la chaîne alimentaire. Ne mangez pas dans des assiettes en plastique cela sera toujours ça en moins dans notre corps aqueux [3].

[1] Focus sur l’océan

[2] Récifs coralliens

[3] La terre à forme humaine

 

 

 

Les déluges et celui de Noé

Le déluge biblique est relaté dans le livre de la Genèse ( chapitre 7) :  » Le Seigneur dit à Noé : Entre dans l’arche, … , encore sept jours et je vais faire tomber la pluie sur la terre …Sept jours plus tard les eaux du déluge étaient sur la terre… ».

Gilgamesh Le louvre
Héros lié à  Gilgamesh

Le récit sumérien dans l’épopée du roi Gilgamesh (d’ après la XIe tablette d’argile retrouvé dans des ruines de Ninive, nord de la Mésopotamie , actuel Irak) relate un des récit du déluge les plus anciens et très proche du récit biblique. Il y a également, Égyptiens, Chaldéens, Perses, Indiens, Chinois, Grecs et Romains qui ont connu une partie de leur population périr dans les eaux : Manéthon dans son « Histoire de l’Egypte » (IIIe siècle avant J.C.), Bérose à Babylone au temps d’Alexandre (Noe = Xisuthrus). Confucius y fait allusion chez les chinois, par l’intermédiaire de l’empereur Lao qui s’affairait à évacuer les eaux baignant encore le pied des plus hautes montagnes (-3082 avant J.C.). Le livre sacré des indiens parlent également d’un déluge (-3101? avant J.C. ). Enfin les grecs et les romains à commencer par Deucalion [1] parlent de plusieurs déluges, comme ceux de d’Ogygès et de Dardanos.

deucalion.JPG
Deucalion et sa femme échappant au déluge

Géologiquement, celui de Noé est souvent confronté à l’hypothèse de la mer noire. En effet, la mer noire était un lac et la Méditerranée s’est y brutalement déversée il y a 5000 à 6000 ans avant J.C.

« Qu’est-ce que la mer ? C’est la réserve des déluges. Les déluges sont donc utiles ? Ils sont plus qu’utiles ; ils sont nécessaires. Les continents à sec hors de l’océan s’épuisent. Les sols jadis les plus fertiles sont stériles aujourd’hui. Un peu par la faute de l’homme, beaucoup par la fatalité des choses. La campagne de Rome, le plateau ibérique, le Tell, la Judée, l’Egypte, l’Asie mineure, toutes ces étendues jadis vertes et vivantes, sont maintenant nues et impuissantes. » Victor Hugo [2] dans « Proses philosophiques- Les déluges » (1860-1865).

[1] Le Déluge laïc Deucalion

[2] Victor Hugo : l’exilé sur son rocher

Tremblement de mer volcanique

Les glissements de terrain volcaniques ou déstabilisation de flancs de certaines îles volcaniques sont plus ou moins bien étudiés. Deux critères sont nécessaires pour mettre en évidence les traces de ce phénomène, un cratère en fer à cheval et des débris ou dépôts en grande quantité.

Tahiti, La Palma, Basse-Terre en Guadeloupe et la Montagne Pelée en Martinique sont des cas de glissements anciens à la fin des périodes glaciaires. Parmi les causes de ces effondrements de flancs, les changements climatiques au quaternaire ont semblent-t-ils été  une explication dont le mécanisme reste encore à déterminer précisément [1].

On retrouve des grands glissements plus récents à Nuuanu (20 km2) [2] au large d’Hawaï [3] mais aussi à Ishia en Italie [4] ou à Tenerife dans les îles Canaries [5].

Dans l’arc des Petites Antilles, en étudiant le passé [6], il existe des glissements potentiels avec un risque de tsunami [7]. Cette zone fait d’ailleurs l’objet d’exploration afin de mieux évaluer l’histoire géologique des différents glissements connus.

Par ailleurs, pour le cas des volcans terrestres, il y a aussi de quoi se soucier des glissements de terrain ou effondrements de flancs[8] à commencer par la tristement célèbre catastrophe du Mont Saint-Helens aux Etats-Unis survenue en 1980 [9].

SH.jpg

 

[1] « Submarine slides on volcanic islands – a source for mega-tsunamis in the Quaternary »

[2] « Nuuanu landslide »

[3] « Hawaiian landslides »

[4] « Catastrophic landslides off Ischia volcanic island (Italy) during prehistory »

[5] « Geological evidence for a large landslide in Tenerife »

[6] « L’île de la Dominique, à l’origine des avalanches de débris les plus volumineuses de l’arc des Petites Antilles »

[7] « L’exemple de l’arc des Petites Antilles : événements récents et implications »

[8] « Landslides are common on tall, steep, and weak volcanic cones. »

[9] « Multiphase-flow numerical modeling of the 18 May 1980 lateral blast at Mount St. Helens, USA »

7 meilleurs billets

#200. A l’occasion du 200ème billets, voici les 7 meilleurs :

1 – Le Désert de sable … selon Antoine de Saint-Exupéry

2 – La grande vague de Kanagawa, décryptage de la célèbre estampe de Hokusai

3 – Sables et couleurs avec une conclusion d’André Gide

4 – Tempêtes et un extrait d’Alexandre Dumas

5 – Baudelaire : le poète des éléments, éléments choisis

6 – Pierre des villes et pierre des champs d’après Léonard de Vinci

7 – Un monde soutenable , point du vue

mondemain.JPG

 

Marées terrestres et océaniques

« La marée avait grossi peu à peu. L’eau enveloppait le rocher. On était perdu. Redoutable blocus que celui-ci: la mer montante. La marée croît insensiblement d’abord, puis violemment. Arrivée aux rochers, la colère la prend, elle écume. » Victor Hugo [1].

Le phénomène des marées océaniques est connu depuis toujours mais son explication liée à l’attraction des planètes, de la Lune et du Soleil, remonte à Newton [2]. Et depuis, la notion de marées se vérifie même à la terre solide et à l’atmosphère selon des cycles plus longs, de plusieurs jours à plusieurs années. Mais 90% de l’énergie de ces marées concerne l’océan [3].

Le flux et reflux de l’océan fluide est évidemment beaucoup plus perceptible car les hauteurs de marnage c’est-à-dire la différence entre la marée basse et la marée haute peut être de plusieurs dizaines de mètres. C’est le cas au Canada dans la baie de Fundy et en France dans la baie du Mont Saint-Michel [4].

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Île Chausey (Granville -Manche)

L’exemple des îles Chausey dans la Manche est particulièrement significatif et dans ces conditions c’est un paradis pour la pêche à pieds qui se pratique à marée basse.

peche a pieds

[1] Victor Hugo : L’exilé sur son rocher

[2] Isaac Newton: Forces et couleurs dans l’air

[3] Energies de la mer

[4] Mont Saint-Michel: Un rocher au milieu de la baie

Les éléments et la sérendipité

« Le nom du plus grand des inventeur : accident. » disait Mark Twain

La sérendipité c’est la découverte fortuite, par accident.

CColomb d'après un reproduction de Paolo Giovo un contemporaindu navigateur
Colomb d’après une reproduction de Paolo Giovo un contemporain du navigateur (Archive BNF)

Le 11 octobre 1492, Christophe Colomb a abordé une « terre », le « Nouveau Monde » qui va marquer la fin du Moyen-Age. Il pensait accoster aux « Indes » avec le raisonnement suivant  » Si la terre en effet est de forme sphérique, l’Inde doit donc toucher à la mer Atlantique. », c’était sans compter sur le continent américain dans ce sens (donc en partant d’Europe vers l’ouest).

Léonard de Vinci disait « Qui pense peut se tromper beaucoup. », on pourrait ajouter que se tromper, permet des fois, de trouver quelque chose d’inattendu. Les exemples sont nombreux certains sont légendaires comme :

  • La découverte de la fabrication du verre selon Pline l’Ancien (23;79) : »On raconte que des marchands de nitre [Salpêtre] y ayant relâché [sur un plage], préparaient, dispersés sur le rivage, leur repas; ne trouvant pas de pierres pour exhausser leurs marmites, ils employèrent à cet effet des pains de nitre de leur cargaison : ce nitre soumis à l’action du feu avec le sable répandu sur le sol, ils virent couler des ruisseaux transparents d’une liqueur inconnue, et telle fut l’origine de verre. » C’est effectivement discutable car si on obteint du verre à partir du sable c’est plutôt du sable de silice comme celui de Fontainbleau
  • La poudre à canons par les expériences alchimiques des chinois de la fin de l’époque Tang (IXème siècle de notre ère) qui firent exploser un mélange en tentant de trouver la potion de l’immortalité, tant recherchée par les empereurs, comme le précise Joseph Needham (1900;1995) : »La référence  se rencontre  dans un livre taoïste qui recommandait  vivement aux alchimistes de ne pas mélanger ces substances…parce ceux qui le firent virent le mélange exploser, leurs barbes noircir et le feu détruire la maison où il travaillaient. »

Mais d’autres découvertes sont bien connues comme  :

  • La lithographie en 1796 par un auteur Aloys Senefelder qui s’aperçut que la pierre calcaire sur laquelle il avait écrit au crayon gras, faute de feuille de papier, conservait la mémoire du crayon après lavage; les traces grasses du crayon attirait l’encre, les parties humides la repoussait. La base de la lithographie sur pierre était née.
  • Le procédé de vulcanisation en 1839 par Charles Goodyear a été découvert par hasard mais après de multiples tentatives en faisant chauffer un mélange de caoutchouc et de soufre.
  • La découverte, en 1972, des fumeurs noirs et de cette vie marine des profondeurs a été une surprise pour les scientifiques.serendipité astres0004048