« Paris ne s’est pas construit en un jour » est un vieil adage qui a son origine, concernait Rome, alors disons simplement qu’il est gallo-romain comme les Parisii des premiers siècles. Il est en effet une histoire de Paris au cours des siècles (une autre pourrait être celle des crues de la Seine [1]) qui se confond avec celle de la construction successive de 7 enceintes:

1 – L’enceinte du début du IVe siècle  dite gallo-romaine sur l’île de la Cité est la première à l’époque de Lutèce où l’on adorait Vulcain [2], et la Seine ne comportait que deux ponts. Il ne reste guère que quelques vestiges directs ou enfouis.

1 Enceinte GR carte
1 – Enceinte gallo-romaine avec une plaque rue de la Colombe et des vestiges découverts au début du XXe siècle et d’autres encore visibles rue Chanoinesse

2 – La seconde fut construite, rive droite, au Xe ou XIe siècle, les fouilles sont peu nombreuses et les vestiges visibles le sont encore moins.

2 Enceinte Xe carte
2- Enceinte du Xe , XIe siècle

3 – Par contre l’enceinte de Philippe Auguste (ou Philippe II : 1165;1223 ), achevé au début du XIIIe siècle (sur 5 km et de 8 à 10 m de haut), comporte plusieurs portions encore visibles dans Paris aussi bien rive droite que rive gauche où elles sont mises en valeur [3].

3 Enceinte  PA carte
3 – Enceinte Philippe Auguste avec une section du mur rue Clovis et la base d’une des tours intégrée dans les locaux du Mont-de-Piété.

4 – Au XIVe siècle, l’enceinte dite de Charles V (1338;1380) permet de circonscrire l’extension de Paris rive droite avec La Bastille, tout en consolidant l’enceinte de Philippe Auguste sur la rive gauche.

4 Enceinte CV carte
4 – Enceinte de Charles V avec à l’ouest les vestiges sous la place du Carrousel et à l’est les vestiges de la tour de la Liberté découvert pendant les travaux du métro

5- Charles IX (1550;1574) décide de protéger le Paris du XVIe siècle en prolongeant l’enceinte précédente avec le jardin des Tuileries à l’ouest et en y ajoutant un fossé. Les matériaux excavés de couleurs jaunes a donné le nom de Fossés jaunes à cette enceinte achevée sous Louis XIII (1601;1643).

5 Enceinte Louis XIII carte
5- Enceinte des Fossés jaunes et un vestige du mur  visible au musée de l’Orangerie

6- La particularité de cette sixième enceinte réside dans le fait qu’elle est à l’initiative des puissants Fermiers généraux, donc à but lucratif, pour collecter l’impôt et non pas à but militaire comme les précédentes. Elle correspond aux grands boulevards autour de Paris avec une longueur d’environ 24 km. Elle fut achevée en 1789.

6 Enceinte FG carte
6-Enceinte des Fermiers généraux et une des barrières d’octroi encore visible ( le barrière d’Enfer devenu place Denfert-Rochereau héros de 1870)

7- Enfin la septième enceinte fortifiée du député Thiers correspond au périphérique c’est une fortification entourant Paris sur 39 km. Votée en 1841 et achevée en 1845, elle aboutira à l’annexion de ce qui était à l’époque des communes riveraines comme Auteuil , Passy , La Villette, et d’autres. Elle fut fort utile aux parisiens en 1870.

7 Enceinte de Thiers carte
7- Enceinte fortifiée de Thiers et les forts de l’époque entourant Paris (Etoiles)

[1] Fluctuat nec mergitur (Lutetia)

[2] Vulcain à Paris au début de notre ère (1/2)  et la suite  Forges de Vulcain à Paris (2/2)

[3] Enceinte Philippe Auguste à Paris

Advertisements