7 choses à savoir sur les travaux d’Haussmann à Paris

Georges Eugène Haussmann a marqué le milieu du XIX siècle par ses travaux dans Paris sous Napoléon III (Images, archives BNF):

  • avec le percement de plusieurs artères principales dans la capitale à commencer par le boulevard Haussmann [1],
  • avec le déplacement de certaines parties de bâtiment comme la façade de l’église Saint-Eloi, déplacée depuis l’île de la cité jusque dans le Marais [2],
  • avec des ajouts d’ornementations comme sur la fontaine du Châtelet, en l’occurrence des sphinx  [3],
  • avec la découverte de vestiges importants sous la responsabilité de son archéologue Vacquer comme les arènes de Lutèce rue Monge [4],
  • avec la modernisation de la distribution de l’eau et des égouts sous la responsabilité de son ingénieur Belgrand qui a notamment retrouvé les sources de Wissous utilisées par les romains [5],
  • avec le système de mesure des altitudes des niveaux des eaux pour l’évacuation d’eaux usées [6],
  • avec la transformation de certains ponts comme le pont Saint-Michel pour s’aligner avec les nouveaux boulevards [7].Haussmann

7 choses à savoir sur Buffon

Georges-Louis-Leclerc comte de Buffon c’est :

 

7 choses à savoir sur Lavoisier

Antoine Laurent de Lavoisier c’est :

7 choses à savoir sur Victor Hugo

Victor Hugo, c’est :

7 personnages emblématiques du XVIIe au Louvre

Au-delà des traces laissées dans Paris par certains personnage emblématiques nés au XVIIe siècle (siècle de l’assassinat du roi Henri IV et d’une science plus rationnelle « Mieux vaut science que force. » disez-t-on), le département des sculptures au Louvre nous propose de magnifiques marbres de :

  • Corneille (1606;1684)

    pierre corneille par Jean jacques caffieri
    Pierre Corneille par Jean Jacques Caffieri
  • La Fontaine (1621;1695) par Pierre Julien
  • Pascal (1622;1662) (Image à la Une)

    pascal par pajou louvre
    Blaise Pascal par Augustin Pajou
  • Molière (1622;1673)

    molière jean jacques caffieri
    Jean-Baptiste Poquelin dit Molière par Jean Jacques Caffieri
  • Racine (1639;1699)

    racine jean simon boizot
    Jean Racine par Jean Simon Boizot
  • Voltaire (1694;1778)

    voltaire nu louvre
    « Voltaire nu » par Jean-Baptiste Pigalle
  • Montesquieu (1689;1755)
    montesquieu par clodion
    Charles de Secondat, baron de Montesquieu par Claude Michel dit Clodion

    « Qu’est-ce que l’homme dans la nature?
    Un néant à l’égard de l’infini, un tout à l’égard du néant,
    un milieu entre rien et tout. » Pascal

Sur les traces de Napoléon Bonaparte dans Paris

“Les hommes de génie sont des météores destinés à brûler pour éclairer leur siècle.” Napoléon Bonaparte (1769;1821). Voici quelques traces de Napoléon Bonaparte éclairant toujours Paris de son empreinte:

  • sur l’Arc de triomphe pour la grandeur de l’armée Napoléonienne à commencer par la victoire d’Austerlitz,
  • au Palais de Justice de Paris à l’extérieur un bas relief ( Image à la Une) et à l’intérieur une statut en hommage à son apport avec le code Napoléon,
  • les canaux de l’Ourq et de Saint-Martin dont il est à l’origine,canal paris
  • au musée de la Légion d’honneur qu’il met en place en 1802,bonaparte légion d'honneur
  • au centre de la Place Vendôme avec sa colonne éponyme qui le place au sommet en empereur romain à la gloire de l’armée impériale,
  • au Louvre à l’extérieur dans la cour Napoléon où se situe la pyramide (clin d’œil à la campagne d’Egypte [1]) et à l’intérieur avec une plâtre de François Rude en « Napoléon s’éveillant à l’immortalité »,louvre rude napoléon
  • aux Invalides, sa dernière demeure où se trouve une statue et son tombeau en pierre.napoleon invalides

« Paris lui doit beaucoup: par ses soins, cette ville fut réparée embellie; il y fit exécuter un grand nombre de travaux et d’établissements dont les uns sont utiles, et les autres fastueux. » Dulaure dans « Histoire de Paris ».

 

Remploi des pierres à Paris

« Toute œuvre d’art se crée pour satisfaire un besoin, mais un besoin assez passionné pour lui donner naissance. Puis ce besoin se retire de l’œuvre comme le sang d’un corps, et l’œuvre commence sa mystérieuse transfiguration…Une oeuvre d’art c’est une possibilité de réincarnation » disait André Malraux, mais bien souvent ce que nous considérons comme une oeuvre du passé n’a été qu’une simple pierre réutilisée pour un simple remploi économique. Voici quelques exemples de recyclages lapidaire à l’ancienne dans Paris:

  • Depuis Philippe II Auguste, les pavés  [1] ont été d’un remploi très répandu dans la capitale à commencer par ceux de Lutèce dont un des vestiges [2] se trouve à l’entrée de l’église Saint-Julien-le-Pauvre (à défaut d’être mis en valeur ce bloc de grès sert de banc public),
  • Les pierres de taille de Lutèce du début de notre ère ont souvent été réutilisées comme celles provenant des anciennes arènes, rue Monge [3] pour fortifier l’île de la Cité par exemple [4],
  • dans l’île de la Cité, ce sont des anciennes pierres tombales, gravées en lettres gothiques, qui ont servi de pavés pour une ruelle perpendiculaire à la rue Chamoinesse,gravure au sol cité
  • souvent les églises ont été construites en plusieurs étapes et le remploi de pierres anciennes sculptées ou taillées sont apparentes à commencer par la cathédrale Notre-Dame de Paris, où la vierge à l’enfant assise de la porte de la Vierge au nord (Image à la Une), est typique de la période romane (vers le XIIe siècle), par ailleurs la base d’un pilier, proche de l’entrée nord serait également un remploi,

     

  • quelquefois, c’est un élément entier d’une ancienne église qui est réutilisé, c’est le cas de l’ancienne église Saint-Eloi ou couvent des Barnabites sur l’île de la Cité dont la façade a été remontée à l’église Notre-Dame-des-Blancs-Manteaux dans le Marais, en 1863 suite aux travaux d’Haussmann [5],
  • les remplois servent également pour des utilisations plus basiques comme ce chapiteau supportant une plante,
  • c’est encore les anciennes pierres devenant une simple fontaine.