7 choses à savoir sur les travaux d’Haussmann à Paris

Georges Eugène Haussmann a marqué le milieu du XIX siècle par ses travaux dans Paris sous Napoléon III (Images, archives BNF):

  • avec le percement de plusieurs artères principales dans la capitale à commencer par le boulevard Haussmann [1],
  • avec le déplacement de certaines parties de bâtiment comme la façade de l’église Saint-Eloi, déplacée depuis l’île de la cité jusque dans le Marais [2],
  • avec des ajouts d’ornementations comme sur la fontaine du Châtelet, en l’occurrence des sphinx  [3],
  • avec la découverte de vestiges importants sous la responsabilité de son archéologue Vacquer comme les arènes de Lutèce rue Monge [4],
  • avec la modernisation de la distribution de l’eau et des égouts sous la responsabilité de son ingénieur Belgrand qui a notamment retrouvé les sources de Wissous utilisées par les romains [5],
  • avec le système de mesure des altitudes des niveaux des eaux pour l’évacuation d’eaux usées [6],
  • avec la transformation de certains ponts comme le pont Saint-Michel pour s’aligner avec les nouveaux boulevards [7].Haussmann

« Sur l’eau » douce de Maupassant

Extraits de la nouvelle « Sur l’eau » de Guy de Maupassant (1850;1893)  issue de l’ouvrage « La maison Tellier » de 1888.

« J’avais loué, l’été dernier, une petite maison de campagne au bord de la Seine, à plusieurs lieues de Paris, et j’allais y coucher tous les soirs. Je fis, au bout de quelques jours, la connaissance d’un de mes voisins, un homme de trente à quarante ans, qui était bien le type le plus curieux que j’eusse jamais vu. C’était un vieux canotier, mais un canotier enragé, toujours près de l’eau, toujours sur l’eau, toujours dans l’eau. Il devait être né dans un canot, et il mourra bien certainement dans le canotage final.

Un soir que nous nous promenions au bord de la Seine, je lui demandai de me raconter quelques anecdotes de sa vie nautique. Voilà immédiatement mon bonhomme qui s’anime, se transfigure, devient éloquent, presque poète. Il avait dans le cœur une grande passion, une passion dévorante, irrésistible: la rivière.

—Ah! me dit-il, combien j’ai de souvenirs sur cette rivière que vous voyez couler là près de nous! Vous autres, habitants des rues, vous ne savez pas ce qu’est la rivière. Mais écoutez un pêcheur prononcer ce mot. Pour lui, c’est la chose mystérieuse, profonde, inconnue, le pays des mirages et des fantasmagories, où l’on voit, la nuit, des choses qui ne sont pas, où l’on entend des bruits que l’on ne connaît point, où l’on tremble sans savoir pourquoi, comme en traversant un cimetière: et c’est en effet le plus sinistre des cimetières, celui où l’on n’a point de tombeau.

La terre est bornée pour le pêcheur, et dans l’ombre, quand il n’y a pas de lune, la rivière est illimitée. Un marin n’éprouve point la même chose pour la mer. Elle est souvent dure et méchante, c’est vrai, mais elle crie, elle hurle, elle est loyale, la grande mer; tandis que la rivière est silencieuse et perfide. Elle ne gronde pas, elle coule toujours sans bruit, et ce mouvement éternel de l’eau qui coule est plus effrayant pour moi que les hautes vagues de l’Océan.

Des rêveurs prétendent que la mer cache dans son sein d’immenses pays bleuâtres, où les noyés roulent parmi les grands poissons, au milieu d’étranges forêts et dans des grottes de cristal. La rivière n’a que des profondeurs noires où l’on pourrit dans la vase. Elle est belle pourtant quand elle brille au soleil levant et qu’elle clapote doucement entre ses berges couvertes de roseaux qui murmurent.

Le poète a dit en parlant de l’Océan:

O flots, que vous savez de lugubres histoires!
Flots profonds, redoutés des mères à genoux,
Vous vous les racontez en montant les marées
Et c’est ce qui vous fait ces voix désespérées
Que vous avez, le soir, quand vous venez vers nous.

Eh bien, je crois que les histoires chuchotées par les roseaux minces avec leurs petites voix si douces doivent être encore plus sinistres que les drames lugubres racontés par les hurlements des vagues…« roseau

 

 

7 choses à savoir sur Lavoisier

Antoine Laurent de Lavoisier c’est :

7 choses à savoir sur Victor Hugo

Victor Hugo, c’est :