Les repères de niveaux d’eau dans Paris [1] sont des vestiges du XIXe siècle (Image à la Une, rue de Bièvre) dont quelques uns ont survécu aux travaux dans les rues parisiennes, et encore ils ne sont plus forcément à leur emplacement d’origine ou réinstallés à l’envers à l’instar de celui de la fontaine Boucherat (à l’angle de la rue de Turenne et de la rue Charlot).

 

D’autres repères de ce type, de vestiges, se sont transformés en ruines comme rue Charlemage ou en fragment comme rue Montmartre.

 

A l’angle de la rue Maître Albert et de la Place Maubert également le lieu d’une indication de crue de la Seine redécouvert à droite [2],

de nos jours le repère de niveau à gauche de la rue Maître Albert reste à l’état de trace,

Quoi qu’il en soit, la majorité de ces repères ont totalement disparu. A travers les photographies du parisien Charles Marville (1813;1879) des années 1860 (Archives BNF), voici quelques emplacements de ces repères disparus :

  • à l’entrée de l’hôtel de Cluny,
  • rue de la Parcheminerie,
  • à l’angle de la rue Saint Denis et de la rue de la Ferronnerie ( rue dans laquelle Henri IV [3] fut assassiné),
  • passage des deux voies (devenu passage à quatre arches) coté rue des Innocents près de la Fontaine éponyme [4],
  • rue Suger,
  • rue du Vertbois, qui conserve à son extrémité, à l’angle avec la rue Saint-Martin, des vestiges de l’enceinte fortifiée du prieuré de Saint-Martin-des-Champs avec sa tour prison édifiée en 1140 et dont Victor Hugo [5] a empêché la démolition en commençant une lettre par « Démolir la tour, non; l’architecte, oui. »,

     

  • et enfin Cour du dragon, actuelle rue de Rennes [5].
Publicités