» La marque qu’on a faite au Pont-royal est tout aussi mal, on a marqué 1740 à la hauteur de 26 pieds, et elle ne devrait être qu’à 25 pieds 2 à 3 pouces; l’échelle n’allait alors qu’à 24 pieds, on l’a continué depuis, et l’on a en même temps gravé 1740 sur la plinthe ne le pouvant au dessous à cause des moulures. »  Archives de l’Académie Royale des sciences par M. Deparcieux, le 14 novembre 1764.

De plus, ces repères ont évolué au cours des siècles, les unités aussi : jusqu’à la fin du XVIIIe siècle la hauteur des eaux s’exprimait en pieds (1 pied royal = 0,325 m).

L’échelle de référence se trouve depuis 1732 au pont de la Tournelle, d’après les archives de l’Académie Royale Tome XVI (1851) par M. Bonamy : « Le premier point de division [1 pied] de cette échelle a été tracé à la hauteur des eaux de la Seine en 1719 ». Quant au « zéro »pour l’échelle pont de la Tournelle en altitude absolue par rapport au niveau moyen de la mer, il a été  à 26,25 m au Second Empire pour être désormais révisé à 25,92 m.

A Paris, les indications des crues de la Seine antérieures à celle de 1910 sont peu nombreuses et les repères altimétriques associés plus ou moins bien précis. Une liste très complète des repères se trouve sur le site (une soixantaire au total dont 51 à propos de la crue de 1910) : www.reperesdecrues-seine.fr

Les crues séculaires mesurées sont les suivantes :

  • au XVII, la crue de 1658 avec 8,81 m, le 1er mars, une grande partie du pont au Change et la majeure partie du pont Marie sont emportées, ainsi que des moulins à Meaux. Il n’existerait plus de trace gravée de cette crue,

 

inondation de 1740 gros plan.jpg
Inondation de 1740 (Archives de l’Académie Royale 1851), extrait sur la partie amont, en gris foncé figure l’étendue des zones inondées et en gris claire les zones inondées par les égouts et dans les caves
  • au XVIIIe siècle, la crue de dégel rapide de 1740 avec 7,91 m, le 26 décembre.

1740 1910.JPG

Plaque gravée de la crue de 1740 sans repère précis pas comme celui, au-dessous, de 1910 au 28 rue de Charenton avec l’inscription « LE 26 D(é)C(em)bre 1740 LA POINTE DE LA RIVIERrE EST VENU(e) (en) VIS à VIS (de) CETTE PIERRE » signé « BOUQUET »

Par contre c’est la crue de mars 1711 à 7,55 m qui conserve la plus ancienne marque gravée place Maubert.

 

  • au XIXe siècle, c’est la crue de 1802 qui s’est révélée la plus importante avec 7,43 m, le 3 janvier. Le tableau suivant est tiré de la revue « Le génie civil »  de mars 1910.
tableau crue le génie civil revue 1910.jpg
D’après la revue « Le génie civil » (mars 1910)
  • Enfin la crue du XXe siècle de 1910 avec 8,62 m au pont d’Austerlitz, le 28 janvier, est celle dont les traces se retrouvent un peu partout dans Paris.
1910 pont Austerlitz.JPG
Crue du 28 janvier 1910 avec 8,62 m au Pont d’Austerlitz
1910 conciergerie
Un des trois repères de la crue de 1910 à la Conciergerie, boulevard du Palais

Quant à la crue de 1955, le 23 janvier elle a atteint 7,12 m.

crue 1955 Quai des Grands Augustins RERC.JPG
Repère de la crue du 23 janvier 1955, à l’entrée de la station Saint-Michel du RER C quai des Grands Augustins

D’autres repères du siècle dernier sont comptabilisés par les pompiers quai Conti, celui de 1910 est loin au-dessus.

 

 

Publicités